La liaison froide : quelle réglementation ?


Depuis 2016, la technique de production par liaison froide semble offrir une excellente solution aux cuisines centrales et restaurants collectifs, tant au niveau de l'organisation que de la conservation et du stockage en pré-consommation. Opter pour une liaison froide nécessite une bonne connaissance de la réglementation actuelle. Quelles sont ces bonnes pratiques qui protègent les consommateurs ?

 

liaison froide et réglementation

Qu’est ce qu’une liaison froide ?

 

Suite aux recherches dans le domaine de la conservation alimentaire, la liaison froide (et la réglementation qui l'accompagne) fait son apparition. Ce procédé consiste en la préparation des repas dans une cuisine centrale avant transport sur le lieu de consommation. Ces derniers sont ensuite refroidis rapidement, et, selon la durée de conservation on peut procéder à liaison froide positive ou à une liaison froide négative.

En liaison froide positive, il vous est possible de conserver vos plats sur une période de 3 à 6 jours au maximum. Après leurs cuisson, les repas sont séparés en portions individuelles, abaissés à une température de +65°C en seulement 2 heures, puis conservés à +3°C.

 

La liaison froide négative suit le même processus mais la conservation se fait à -18°C et permet un stockage à long terme.

 

 

Liaison froide : règlementation et températures

 

Dans la restauration collective, la réglementation de la liaison froide exige que des mesures d’enregistrement de températures soient mises en place. La filière est notamment marquée par l’arrêté du 21 décembre 2009, concernant les dispositions sanitaires applicables aux sociétés de commerce, d’entreposage ou de transport de denrées d’origines animales ou en contenant.

L’arrêté fixe entre autre les températures de conservation des denrées à +63°C en liaison chaude et +3°C en liaison froide. Certains produits comme la viande hachée ou les denrées halieutiques nécessitent des températures bien inférieures et ne seront donc pas servis dans le cadre d’une restauration collective.

 

 

Contrôle et liaison froide : quelle réglementation à respecter ?

 

Les interventions de contrôles ou d’autocontrôle sont indispensables pour garantir le maintien à bonne température des denrées alimentaires et le respect des mesures d’hygiènes au cours de toutes les opérations surtout durant la prise en charge chez le fournisseur (règlement CE 178-2002 et 852-2004). Ces contrôles doivent demeurer réguliers pour éviter tous risques d’intoxications.

 

 

Attestation de conformité matériel et équipement

 

Pour vous consacrer à des activités de préparateur ou de restaurateur collectif, vous devez satisfaire à toutes les exigences techniques dont la possession d’un matériel adéquat. Vous devez notamment posséder une ou plusieurs cellules de refroidissement rapide, une chambre de stockage avec une température entre 0°C et 3°C, des véhicules réfrigérants ou à cages isothermes (décret n°2007-1791).

 

 

Traçabilité des produits

 

L’article 18 du règlement CE 178/2002 spécifie vos obligations par rapport à la traçabilité. Selon cet article, toutes les denrées alimentaires utilisées et servies, de la viande aux produits laitiers, doivent être traçables tout au long du processus de préparation, de transport et de distribution. Les informations concernant l’espèce et ses origines doivent être mis à la disposition des autorités compétentes et des consommateurs.

 

 

Déclarer son service

 

Que votre société assure la préparation, la livraison ou le service, vous devez obligatoirement déclarer votre activité au niveau de la Direction Départementale de la Protection des Populations de votre département (Chap 1 de l’arrêté du 28/06/1994 concernant l'agrément et l'identification sanitaire des entreprises mettant sur le marché des produits d'origine animales, chap.I)

In fine, les liaisons froides nécessitent une réglementation stricte mais visant la sécurité du consommateur final. Il s'agit de posséder l'équipement adéquat, respecter les dispositions d'hygiène, analyser les risques et assurer la traçabilité et une certaine transparence vis-à-vis de votre activité. Les respecter c’est garantir votre santé et celle des autres.

 

Si vous avez aimé cet article, voici quelques articles susceptibles de vous intéresser : 

 

-Ouvrir un restaurant : les étapes à respecter pour réussir

-Ce que vous devez savoir pour bien équiper votre cuisine professionnelle

-Les éléments à prendre en compte pour aménager sa cuisine professionnelle

-Quelles sont les réglementations sanitaire dans les restaurants ? 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

La grande cuisine : une affaire de professionnels

Actualités

 

Contactez nous :

Tel : 01.45.18.90.21

eric.hallosserie@optima-energies.com